D’APRÈS UNE HISTOIRE VRAIE

Chorégraphie Christian Rizzo
L’association fragile, Lille

Danse
Dans le cadre du Festival Antigel

ATTENTION : CHANGEMENT DE LIEU !
Ce spectacle initialement programmé au Loup par le Festival Antigel
aura lieu au BFM
Renseignements : www.Antigel.ch

Le 7 février 2015 à 20h

Conception, chorégraphie, scénographie et costumes
Christian Rizzo

Avec
Fabien Almakiewicz
Yaïr Barelli
Massimo Fusco
Miguel Garcia Llorens
Pep Garrigues
Kerem Gelebek
Filipe Lourenço
Roberto Martínez

Musique originale et interprétation
Didier Ambact et King Q4
Lumières
Caty Olive

Coproduction
Théâtre de la Ville – Paris
Festival d’Avignon
Opéra de Lille
CDC de Toulouse – Midi-Pyrénées
la Ménagerie de Verre – Paris
La Filature, scène nationale de Mulhouse
L’Apostrophe, scène nationale de Cergy-Pontoise et du Val d’Oise
CCN de Rilleux-la-Pape

Programmé en début du Festival d’Avignon 2013, d’après une histoire vraie a littéralement fait crier de joie les gradins, soir après soir. Comme une grande vague d’enthousiasme, d’énergie, de plaisir qui aurait gagné la salle après une heure et quart de danse. C’est que la pièce bat au rythme d’une composition sans appel. C’est que la pièce danse comme rarement on voit danser sur les scènes contemporaines.

« En 2004, à Istanbul.
À quelques minutes de la fin d’un spectacle auquel j’assiste, surgit comme de nulle part une bande d’hommes qui exécute une danse folklorique très courte et disparaît aussitôt.
Une émotion profonde, presque archaïque, m’envahit. Etait-ce leur danse ou le vide laissé par leur disparition qui m’a bouleversé ? Bien que floue, cette sensation est restée depuis ancrée en moi.
Le point de départ de ce nouveau projet est la réminiscence ou plutôt la recherche de ce que ce souvenir a déposé en moi.
Je n’éprouve pas d’intérêt à recréer une danse pré-existante, mais plutôt à comprendre pourquoi j’ai éprouvé une telle empathie à la fois pour ce moment précis et pour cette danse et comment cet impact est encore aujourd’hui vibratoire.
Il s’agirait donc de remonter le cours de ma mémoire pour inventer le socle d’une écriture abstraite où de possibles bribes fictionnelles viendraient se loger en creux.
Accompagné de huit danseurs et de deux musiciens, je cherche un espace où le mouvement et sa relation à la musique se jouent des catégories « populaires » et « contemporaines ». J’imagine une danse prenant appui sur des souvenirs de pratiques folkloriques qui viendrait frictionner avec mon goût pour la chute et le toucher, permettant à chacun de tenir grâce à la présence de l’autre, à son contact immédiat ».
 
Christian Rizzo, 2013

Le 7 février 2015 à 20h

Durée : 1h10

149181-logo_le_programme