ÉMOIS, ÉMOIS, ÉMOIS…
Un conte moderne

Une création du Théâtre du Loup

D’après Adrien, Alice, Anaïs, Cornélia,

Erline, Fabrice, Iannis, Jérémie, Laura,

Lola, Malena, Manuela, Maude, Noémie, Noham, Pauline, Tamara.

Avec quelques emprunts à Bernard-Marie, Choderlos et William

Du 10 mars au 1er avril 2001
Reprise du 15 novembre au 2 décembre 2001

Mise en scène
Perrette Gonet, Dominic Noble, Rossella Riccaboni

Avec
Adrien Barazzone
Iannis Blank-Jacobetty
Laura Carvalho-Kozuchowski
Malena Demierre
Manuela Esmerode
Tamara Fischer
Fabrice Hagmann
Anaïs Latis
Noemie Latis
Cornélia Mvunzi
Erline O’Donovan
Sarah Olivier
Alice Rey-Berthet
Juliette Riccaboni
Lola Riccaboni
Nils Sambuc

Guitare, voix, machines
Simon Aeschimann
Scénario
Dominic Noble et Rossella Riccaboni
Musique
Simon Aeschimann
Conseiller artistique
Sandro Rossetti
Scénographie et construction décors
Eric Jeanmonod
Lumières
Jean-Philippe Roy
Costumes
Marie Barone
Réalisation vidéo
Robert Mac Naughton,
assisté d’Olivier Riechsteiner
Chorégraphie
Rossella Riccaboni
Maquillages
Katherine Zingg
Accessoires
Miriam Kerchenbaum
Assistance décors, régie
Terence Prout
Construction métallique
Jacques Robin
Administration
Marc Piccand
Accueil et secrétariat
Sibylle Monney

Fabrice aime Malena, Malena aime Adrien, Adrien l’aime-t-il ?
Alice aime Adrien, Adrien ne l’aime pas.
Lola aime Iannis, et ne s’aime pas, Iannis l’ignore.
Nils aime Cornélia, mais ne le sait pas.
Tamara aime peut-être Fabrice, mais Fabrice aime Malena.
Noémie a un coup de foudre pour Fabrice, Iannis les aime toutes…
Finalement : Fabrice aime Alice, qui l’aime aussi, Adrien aime Malena, Iannis aime Noémie, et les Darks n’aiment personnes.
C’est clair, non ?…

En 1997, nous avions monté Le Bourgeois Gentilhomme de Molière avec un groupe d’enfants issus des ateliers du Théâtre du Loup. Ce spectacle, qui s’inscrivait dans la programmation professionnelle du Loup, a remporté un vif succès. Trois ans après, ces quinze mordus de théâtre émettent le désir de créer, selon leurs propres mots, “un spectacle un peu moderne qui parle de notre génération…”.
Après avoir parlé, posé des questions pour cerner leurs envies et les nôtres, nous avons défini deux pôles d’exploration : amour et haine. En effet, ces deux humeurs ou couleurs, qui englobent un univers de sensations et d’actions, donnaient lieu à toutes sortes d’improvisations et ouvraient un vaste champ des possibles dans lequel nous pouvions aussi bien faire des séquences muettes et gestuelles que créer des monologues, ou encore travailler sur des textes de Shakespeare et Koltès.
De toute cette matière, dont les jeunes comédiens ont élaborés une bonne part, nous avons écrit un scénario basé sur une journée d’adolescent. Partant des rêves de la nuit, nous traversons les rires et les déboires de leur quotidien pour finir sous les étoiles d’un soir de fête. Nous sommes partis de leur réalité multiple, une réalité assez éloignée du cliché d’un monde d’ados violents et incompréhensibles. Eux-mêmes contestaient l’idée que chaque adolescent, quoi qu’il fasse, soit pris dans un schéma type de sa génération. Plus que jamais, ils sont en train de traverser une période de la vie faite d’enthousiasmes, d’errances, de changements, bref de mouvements. C’est ce mouvement qui est mis en scène. 
Dominic Noble et Rossella Riccaboni

149181-logo_le_programme