HORACE

Corneille
Compagnie Classique
Création

Du 9 au 25 janvier 2015

Mise en scène
Didier Nkebereza

Scénographie et costumes
Lothar Hüttling

Création lumières
Jonas Bühler

Avec 
Adrien Barazzone 
Deborah Etienne-Landenberg 
Christian Gregori 
Claude Goy 
Jean-Louis Johannides 
Frédéric Landenberg 
Lola Riccaboni 
Laurent Sandoz 
Mariama Sylla 
Adrien Zumthor

et la participation d’Arsène et Merlin Landenberg

Responsable de la communication
Stéphane Mitchell
Photos 
Xavier Voirol
Administration
Roland Gerber

AUTOUR DU SPECTACLE
Le Procès d’Horace, face à face entre Me Marc Bonnant(accusation) et Me Yaël Hayat(défense)
précédé d’un Concours de plaidoiries par des étudiants en droit de l’Université de Genève :
lundi 12.01.2015 de 19h à 22h15 (entrée payante, réservation conseillée)

Conférences du Prof. E. Eigenmann (UNIGE) et de la Prof. D. Chaperon (UNIL) sur Corneille et son oeuvre : 
mercredis 14 et 21.01.2015 de 18h30 à 19h15 *
Lectures La Vie de Corneille par Claude Goy : 
vendredis 16 et 23.01.2015 de 18h30 à 19h15 *
Work in process Horace de Heiner Müller par Gabriel Alvarez au Théâtre du Galpon :
samedi 24.01.2015 de 17h à 18h *
Rencontres avec l’équipe artistique à l’issue des représentations des 10, 20 et 24.01.15 *
* entrée gratuite

Co-production
Théâtre du Loup
Compagnie Classique
Soutiens
Ville de Genève, République et Canton de Genève, Loterie Romande, Fondation Leenaards, Fonds d’encouragement à l’emploi des intermittents genevois (FEEIG)

Avec la rigueur d’une construction dramatique parfaite, parée d’alexandrins sublimes, Horace dresse un portrait du tragique humain qui transcende l’Antiquité pour brûler d’actualité. Car Horace, c’est plus qu’un mythe, c’est un reflet de notre époque, avec l’élégance des bienséances.

Sur un plateau épuré – Rome juste esquissée – des silhouettes impériales se déchirent. Des acteurs à fleur de peau se livrent. Didier Nkebereza, metteur en scène amoureux des classiques, défend son auteur préféré. Corneille, libéré des préjugés scolaires, déchaîne les passions : le théâtre est un maelström émotionnel, une expiation des interdits, une vraie tragédie.

L’alexandrin d’« Horace » fend l’air contemporain

Un exploit. Même les classes de collégiens qui assistaient à la représentation retenaient leur souffle. La mise en scène de Didier Nkebereza, passionné de Corneille, en optant pour la sobriété, rend gloire à la majesté du verbe. Grâce au jeu mesuré de ses interprètes, les vers atteignent les tympans en toute intelligibilité, comme le glaive atteint le cœur. Frédéric Landenberg, Jean-Louis Johannides ou Adrien Barazzone ont beau être affublés de jupettes de guerriers romains, manchettes aux poignets et spartiates aux chevilles ; Mariama Sylla, Deborah Etienne Landenberg ou Lola Riccaboni peuvent bien se draper dans leurs robes sculpturales – comme Laurent Sandoz et Christian Grégori dans la respectabilité de leurs toges – une élocution contemporaine permet aux tirades de traverser les siècles intactes et de résonner parmi nous comme des paroles de slam (…)
Katia Berger, Tribune de Genève

Mardi, jeudi, samedi à 19h
Mercredi, vendredi à 20h
Dimanche à 17h

Durée : 2h30 avec entracte
Dès 14 ans

149181-logo_le_programme