JACKSON BAY

De Stéphanie Blanchoud
Cie Wild Productions
Création

Du 17 au 28 janvier 2017

Écrit et mis en scène par
Stéphanie Blanchoud

Avec
Adrien Barazzone
Piera Bellato
Philippe Jeusette
Véronique Olmi

Chorégraphie
Diane Fourdrignier
Scénographie 
Sabine Meier
Création Musicale – Décor sonore
Jean François Assy & Géraldine Capart
Création Lumières
Michel Guibentif & Sabine Meier
Costumes
Diane Fourdrignier
Réalisation décor
Phillippe Hekkers
Direction technique
Pierre Hendrickx
Administration
Christèle Fürbringer
Production
Théâtre du Loup

Co production
CCN/Théâtre du Pommier & Poppins Productions
avec le soutien de
l’Atelier Théâtre Jean Vilar de Louvain la Neuve (Belgique)
Fondation Ernst Göhner
Loterie Romande
Pro Helvetia – Fondation suisse pour la culture
La Fédération Wallonie Bruxelles – Direction du Théâtre – CAPT

Avec le soutien de TEXTES-en-SCÈNES, un programme commun de : Théâtre Arsenic Lausanne, St-Gervais Genève – Le Théâtre, Société Suisse des Auteurs (SSA), Pro Helvetia – Fondation suisse pour la culture, Pour-cent culturel Migros, avec le soutien de la Loterie Romande et de la Fondation Ernst Göhner.

Nouvelle Zélande. Ile du Sud. Ils étaient partis pour se retrouver ou pour oublier. Norman. Jeanne. Fish. Et Mendy. Bloqués à cause d’une intempérie, le voyage va prendre une toute autre allure. Ils seront forcés de cohabiter. Dans la « Kitchen » d’un camping sur la route dite « du bout du monde ». Norman et Jeanne vont‐ils résister à leur début d’histoire ? Fish va t‐il trouver une réponse à la sienne ? Mendy parviendra‐t‐elle à vaincre la peur de l’oubli ? Qu’est ce qui reste quand la nature nous oblige au silence, à l’attente et à cohabiter les uns avec les autres ? Jackson Bay. Une histoire de vent. De vent qui souffle entre les mots, les doutes et entre les non dits…

‐ J’espère qu’on aura le temps d’aller voir les phoques.
‐ On verra.
‐ Je ne dois pas m’inquiéter, hein ?
‐ Non.
‐ Je ne dois pas m’inquiéter, on va repartir, hein ?
‐ Mais oui.
‐ Je m’inquiète.
‐ Tu ne dois pas t’inquiéter.
‐ Oui mais je m’inquiète quand même.

PRESSE

Une interview de Stéphanie Blanchoud sur le programme.ch
A Genève, le requiem de Stéphanie Blanchoud touche au cœur, Alexandre Demidoff Le Temps

BORD DE SCENE

Dimanche 22 janvier, à 15h, THÉ DES AUTEURES
«ECRIRE POUR LA SCENE» 

Rencontre avec Stéphanie Blanchoud, Véronique Olmi et Cosima Weiter
Animée par Lisbeth Koutchoumoff, journaliste, Le Temps
Entrée libre
Possibilité d’assister ensuite au spectacle à 17h (tarifs en vigueur)

Véronique Olmi
Véronique Olmi est née en 1962 à Nice. Elle fait des études d’art dramatique chez Jean-Laurent Cochet, devient assistante à la mise en scène de 1990 à 1993 puis comédienne et dramaturge en 1996. Metteurs en scène et comédiens prestigieux ont mis en scène et joué ses pièces. En 2000, sa pièce Le Jardin desApparences a deux nominations aux Molières, dont celle pour le meilleur auteur. En 2001, elle publie son premier roman, Bord de mer qui lui vaut le Prix Alain-Fournier, dix ans plus tard, Cet été-là reçoit en 2011 le Prix des maisons de la presse. Dramaturge, comédienne, nouvelliste et romancière, Véronique Olmi a dirigé pendant trois ans le comité de lecture du Théâtre du Rond-Point. En tant que directrice artistique, elle a lancé en janvier 2012, la première édition du festival d’auteures théâtrales Le Paris des femmes au Théâtre des Mathurins. Ses romans et pièces de théâtre sont traduits en vingt langues. Son dernier roman, J’aimais mieux quand c’était toi est paru en janvier 2015 aux éditions Albin Michel.

Stéphanie Blanchoud
Stéphanie Blanchoud, d’origine belgo suisse, reçoit son Premier Prix au Conservatoire Royal de Bruxelles en Art Dramatique et Déclamation en 2003. Elle joue ensuite dans de nombreux théâtres belges et impose petit à petit son univers avec ses propres textes. Elle crée son premier spectacle « J’aurais voulu le dire » en 2004. Suivront notamment « Dans tes bras » – qui reçoit le Prix Georges Vaxelaire de l’Académie de Langue et Littérature Française de Belgique – « T’appartenir » – en 2008 – et « Timing » en 2010. Elle adapte en 2009 « La Folle Allure », produit par le Théâtre Jean Vilar à Louvain la Neuve. En 2014, elle est lauréate du concours « Textes en Scène », initiative portée par deux théâtres romands, l’Arsenic Lausanne et Saint-Gervais Genève. Elle est accompagnée pour ce nouveau projet d’écriture par Véronique Olmi. Deux nouvelles créations sont en cours. L’autre partie de son temps, la jeune femme le consacre à la musique. Après un album sorti en Belgique en 2009, réalisé par Jean François Assy (violoncelliste d’Alain Bashung, Miossec, Daniel Darc…) des premières parties prestigieuses – Jane Birkin, William Sheller, Yodelice, Vincent Delerm… – et un détour par les Etats Unis, la jeune artiste revient en 2015 avec un univers qui sonne tout simplement comme une évidence. A l’image de son album intitulé « Les Beaux Jours », sorti sur le label V2 (An Brun, The Villagers…) et où la langue française se marie avec les sonorités anglo saxonnes.

Cosima Weiter
Poète sonore, Cosima Weiter est née à Lyon en 1973, après des études littéraires, elle suit une formation de composition électroacoustique à l’ENM de Villeurbanne dans la classe de Bernard Fort. Elle développe dans le même temps un travail de poésie sonore dans lequel elle mêle son fixé et voix livrée en direct. Elle fait partie de la revue BoXon depuis 2001. Elle écrit en français et en allemand, inventant un langage à mi chemin entre ses deux langues de prédilection. En tant que poète sonore elle donne régulièrement lecture des ses travaux en France, en Suisse et en Allemagne, notamment aux Instants chavirés à Montreuil, au Palais de Tokyo à Paris, à la Villa Gillet et aux Subsistances à Lyon, à la Cave 12 à Genève et à l’Institut français de Berlin.

Mardi, jeudi et samedi à 19h
Mercredi, vendredi à 20h
Dimanche à 17h
Relâche lundi

149181-logo_le_programme