LA PUCE À L’OREILLE

Georges Feydeau
L’autre compagnie

Du 1er au 20 avril 2014
Du 17 avril au 6 mai 2012

Mise en scène
Julien George

Avec
Laurent Deshusses, 
David Casada, 
Vincent Babel, 
Khaled Khouri, 
Diego Todeschini,
Thierry Jorand, 
Julien Tsongas, 
Lionel Brady, 
Dominique Gubser, 
Mariama Sylla, 
Léonie Keller,
Vanessa Battistini

Scénographie
Khaled Khouri
Son
Renaud Millet-Lacombe
Lumière
Jean-Philippe Roy
Costumes
Maria Galvez
Maquillages
Katrin Zingg

En 2014

Forte du succès rencontré lors de la création du spectacle en 2012, L’Autre Compagnie reprend sa Puce à l’oreille au Loup, après une série de représentations à Paris.
Ce spectacle jubilatoire, tout en bousculant les clichés du théâtre de boulevard et en faisant la part belle au jeu des acteurs, laisse transparaître la déchéance propre à une bourgeoisie qui s’encanaille dans les hôtels sans remords ni questions.
Feydeau brosse ici un portrait critique de son milieu et de ses contemporains… n’oublions pas qu’il fut lui-même un grand noctambule cocaïnomane.

Victor-Emmanuel Chandebise, directeur d’une compagnie d’assurances, n’honore plus sexuellement sa femme Raymonde. Celle-ci le soupçonne alors d’adultère et décide de lui tendre un piège en lui faisant donner rendez-vous anonymement dans un hôtel de petite vertu – le Minet Galant – à Montretout.
Chandebise ne sait pas que le garçon d’étage, Poche, est son sosie, et comme il mène une vie rangée, il cède sa place à son ami Tournel qui est amoureux de Raymonde, tandis que Raymonde, elle, y envoie son amie Lucienne, dont le mari, Carlos Homenidès de Histangua, est un jaloux invétéré.
Or, dans cet endroit où ne vont que des couples mariés, « mais pas ensemble », se sont donnés rendez-vous Camille, neveu de Chandebise qui ne sait pas prononcer les consonnes, et Antoinette, la cuisinière mariée à Étienne qui, elle, n’accepte pas son infortune.
Le tenancier, Ferraillon, a inventé un habile subterfuge pour les amants surpris en flagrant délit…
Mais quand trop de couples réclament la même chambre, la mécanique s’emballe et la situation caracole de quiproquos en mensonges…

Julien George

En 2012

Raymonde Chandebise soupçonne d’adultère son mari Victor-Emmanuel, directeur d’une compagnie d’assurances. Elle décide de lui tendre un piège en lui faisant donner rendez-vous anonymement dans un hôtel de petite vertu, le Minet Galant, à Montretout.
Monsieur Chandebise ne sait pas que le garçon d’étage, Poche, est son sosie, et comme il mène une vie rangée, il cède sa place à son ami Tournel qui est amoureux de Raymonde, tandis que Raymonde, elle, y envoie son amie Lucienne, dont le mari, Carlos Homenidès de Histangua, est un jaloux invétéré.
Or, dans cet endroit où ne vont que les couples mariés, “mais pas ensemble”, se sont donnés rendez-vous Camille, neveu de Chandebise qui ne sait pas prononcer les consonnes, et Antoinette, la cuisinière mariée à Étienne qui n’accepte pas son infortune.
Le tenancier, Ferraillon, a inventé un habile subterfuge pour les amants surpris en flagrant délit…
Mais quand trop de couples réclament la même chambre, la mécanique s’emballe et la situation caracole de quiproquos en mensonges…
Un classique de la comédie de mœurs.

L’autre Compagnie propose ici une mise en scène centrée sur le jeu des acteurs, dans une esthétique peu habituelle à l’univers de Feydeau. Bousculant les clichés du théâtre de boulevard, cette Puce laisse transparaitre la déchéance propre à une bourgeoisie qui s’encanaille dans les hôtels, sans remords ni questions. Feydeau brosse ici un portrait critique de son milieu et de ses contemporains… lui-même était un grand noctambule cocaïnomane.

Mon mari !
Je suis perdue !


La puce à l’oreille

Mardi, jeudi, samedi à 19h
Mercredi, vendredi à 20h
Dimanche à 18h

149181-logo_le_programme