LE BON GROS GÉANT

D’après Roald Dahl
Un spectacle du Théâtre du Loup, reprise
Spectacle tout public, dès 7 ans

Du 24 avril au 13 mai 2007
Reprises du 12 avril au 4 mai 2008
et du 17 novembre au 9 décembre 2012

Mise en scène
Julien George, Eric Jeanmonod, Rossella Riccaboni
Avec
Leah Babel
Vincent Babel
Iannis Blank-Jacobetti
Julien George
Perrette Gonet
Eric Jeanmonod
Thierry Jorand
Jacques Maeder
Camille Mermet
Renaud Millet-Lacombe
Marcel Mühlestein
Rossella Riccaboni
Sandro Rossetti
et, en alternance, les enfants
Marie Bergerioux
et Julie Richard
dans le rôle de Sophie

C’est la rencontre de deux déshérités. D’un côté, Sophie, orpheline anglaise d’une dizaine d’années. De l’autre le Bon Gros Géant, qui n’a connu ni père ni mère pour la bonne raison que “les géants ne naissent pas, ils apparaissent, comme le soleil ou les étoiles”. Il vit seul, rejeté par ses congénères parce que différent et végétarien. Avec ses 7 mètres de haut, il n’atteint que la moitié de la taille “réglementaire” pour un géant.
Les protagonistes se perçoivent au départ comme deux ennemis. Obligés de cohabiter, ils apprennent à se connaître, s’apprécient et font un projet commun : mettre hors d’état de nuire la bande de géants sanguinaires et mangeurs d’hommes.
Ce schéma narratif traditionnel est transcendé par un récit imagé, plein d’humour et de verve, dont les savoureuses discussions philosophiques entre le pas-si-rustre géant sans âge et la pas-tout-à-fait naïve Sophie. A ces qualités, il faut ajouter la façon subtile dont le récit passe de la réalité connue de tous au monde fantastique des géants. En convoquant les rêves comme matière première, Roald Dahl en fait une sorte de bras de levier qui déplace les pierres de la caverne ancestrale et laisse apparaître un inconscient collectif millénaire.
E.J.

Dans tous les théâtres du monde, la reprise d’un spectacle est de très bon augure !
Le Bon Gros Géant fit un triomphe au Loup. Si vous avez manqué ce spectacle, courez, volez et réservez votre place dans l’antre magique du BGG et de l’espiègle petite Sophie ! Aux côtés de Matilda ou de Charlie et la Chocolaterie, le Bon Gros Géant résume toute la truculence de l’imaginaire de Roald Dahl. 
Par une nuit d’insomnie Sophie aperçoit de sa fenêtre une immense silhouette munie d’une étrange trompette. Est-ce un rêve ? Une main énorme l’arrache de son lit. Sophie est emmenée au pays des géants. Terrifiée, elle est persuadée qu’elle va être dévorée. Mais la petite fille est tombée entre les mains d’un géant peu ordinaire : c’est le BGG, le Bon Gros Géant.
C’est aussi l’histoire de la rencontre de deux déshérités, dans la lignée des héros de Charles Dickens. D’un côté Sophie, orpheline anglaise d’une dizaine d’années. De l’autre, le Bon Gros Géant du titre, qui n’a connu ni père ni mère pour la bonne raison que « les géants ne naissent pas : ils apparaissent comme le soleil ou les étoiles ». Obligés de cohabiter par les circonstances, le BGG et Sophie apprennent à se connaître et font un projet commun : mettre hors d’état de nuire la bande de géants mangeurs d’hommes qui les terrifie tous deux.
Les savouricieuses discussions entre le « pas-si-rustre » géant sans âge et la « pas-tout-à-fait-naïve » Sophie pimentent le récit d’un second degré plein de verve qui saura charmer petits et grands en quête de vérités premières.

Le BGG  : Le géant Croqueur d’os ne mange que des hommes de terre suisses. Chaque nuit, il s’en va galoper chez les Suisses pour ramasser des Vaudois, rien que des Vaudois !
Cette révélation choqua fortement le patriotisme de Sophie.
Sophie  : Et pourquoi des Vaudois ? Qu’a-t-il donc contre les Anglais, celui-là ?
Le BGG : Le Croqueur d’os dit que les Vaudois sont bien plus juteux, beaucoup plus savouricieux. Le Croqueur d’os dit que dans le canton de Vaud, les hommes de terre ont un goût délectable, un goût d’escalope.
Sophie : Ça me paraît logique.
Le BGG : Bien sûr que c’est logique ! Chaque homme de terre est sanglier et différent.
Sophie : Sanglier ?
Le BGG : Sanglier ou singulier, peu importe ! Tous les hommes de terre sont différents…

Mercredi, jeudi et samedi à 19h
Vendredi à 20h
Dimanche à 17h

Durée 2h15, entracte compris

149181-logo_le_programme