YAKICH ET POUPATCHÉE

Comédie crue

de Hanokh Levin
 Texte français de Laurence Sendrowicz

(Editions Théâtrales)


Une création du Théâtre du Loup

Du 22 mars au 10 avril 2011

Mise en scène
Frédéric Polier

Avec
Marc Aeschbacher
Isabelle Bosson
Camille Giacobino
Maël Godinat
Céline Goormaghtigh
Thierry Jorand
Roberto Molo
Pietro Musillo
Diego Todeschini
Rossella Riccaboni
Sandro Rossetti
Musique
Maël Godinat
Décors
Eric Jeanmonod
Lumières
Michel Guibentif
Réalisation costumes
Marie Barone
Conception perruques et maquillage
Katrine Zingg
Assistant mise en scène
Marc Aeschbacher
Constructeurs
Eric Jeanmonod, Toche
Accessoiriste
Miriam Kerchenbaum
Chargée de communication
Sibylle Monney
Administration
Corinne Müller
Accueil et secrétariat
Fanny Garcier

Un marieur, deux familles : celle de Yakich et celle de Poupatchée.
Ils sont laids, très laids, ils sont pauvres, et faute de trouver mieux ils se marient.
Alors commence la traque d’un improbable bonheur dans une course-poursuite frénétique et désespérée. De bordel en château, ils affûtent leur désir morne, leurs pulsions accablées de la laideur de l’autre. 
Obligation de se reproduire ? La famille s’en mêle et ne les lâche pas d’une semelle afin que l’acte procréateur soit consommé. Vaste projet…
Conte contemporain, chansons, danses et courses trépidantes, cette fable bouffonne et crue tisse en riant la trame de nos amours impossibles, de notre étrangeté, et de nos disgrâces.
Un mariage des moches vraiment pas triste…

Extraits de presse

« Hanokh Levin (…) est un dramaturge délicieusement cruel. Du genre qui n’hésite pas une seconde pour balancer la sauce, fut-elle d’une acidité terrible. Avec cette fable hilarante et pourtant désespérée (en dépit de sa chute), il ne se prive pas. Plus ça se déculotte et plus c’est culotté. La pièce est d’ailleurs interdite aux moins de 14 ans. Il y a pourtant de l’enfance dans ce texte cru. Une enfance grandie trop vite et désillusionnée.

Lionel Chiuch, La Tribune de Genève, 24.3. 2011

Rencontre publique

Jeudi 7 avril 2010 au Théâtre du Loup, à l’issue de la représentation
En présence de Laurence Sendrowicz, traductrice et dramaturge
et de Frédéric Polier, metteur en scène

Yakich et Poupatchée – extraits

Yakich .- Je suis seul, je suis malheureux, je suis anéanti, je deviens fou, je n’ai pas de femme parce que je suis trop laid, et je suis trop pauvre pour faire oublier que je suis trop laid. J’aurais été prêt à renoncer, mais par malchance, côté santé, ça va parfaitement, j’ai un cœur de jeune homme qui réclame lui aussi sa place au soleil, je déborde d’aspirations et de désirs, si bien que je ne peux même pas compter sur le désespoir. Bref, j’ai beau me tourner et me retourner dans tous les sens – c’est la débâcle la plus totale !
Papa et Maman ! Votre enfant se consume et vous ronflez ?
Une femme ou la mort !

Vous n’avez rien de mieux à faire que de me regarder ? Vous n’avez jamais vu un échec ? Des témoins, toujours des témoins ! Dès qu’il y a un échec, il y a un témoin ! Un homme chie dans son froc sur la lune – Hop tu peux être sûr de voir débarquer un photographe ! A croire que chacun de nous n’a été créé que pour servir de témoin à l’humiliation de son prochain. 

Le texte de la pièce est publié aux éditions Théâtrales, dans le volume Théâtre Choisi V, Comédies crues

Mardi, mercredi, vendredi et samedi à 20h
Jeudi à 19h
Dimanche à 17h
Relâche le lundi
Durée 1h55 / Spectacle déconseillé en dessous de 14 ans

149181-logo_le_programme