<- Retour à la liste

La petite reine


Théâtre du Loup
Création

Du 7 au 26 mai 2013

Conception, mise en scène, décor
Eric Jeanmonod
Musique
Sylvain Fournier
Lumières
Michel Guibentiff
Costumes
Marie Barone
Avec
Jessica Arpin
Adrien Barazzone
Mathieu Delmonte
Sylvain Fournier
Rossella Riccaboni
Sandro Rossetti


Mon vélo, c’est mon bureau.
Jean-Louis Ezine

Les dictionnaires qui possèdent la réputation d’avoir des réponses sur tout se trompent sur un point : le vélo n’est pas un moyen de locomotion, c’est un conte de fée.
Jean-Noël Blanc

Tu restes la plus belle machine inventée par l’homme. La locomotive appartient au cinéma, aux westerns, et toi à la littérature, aux poètes que ta grâce, tes lignes, tes cercles réconcilient avec la géométrie.
Christian Laborde
Photo Elisa Larvego

Mardi, jeudi, samedi à 19h
Mercredi, vendredi à 20h
Dimanche à 18h
(relâche le lundi)

Durée : 1h30

VIDEO bande annonce
Visionner
http://vimeo.com/59422157

Attention les vélos ! Un spectacle pas du tout déjanté. Bien au contraire !

Un spectacle qui chante le vélo.
Qui le réfléchit aussi un peu, l’air de rien. Un éloge de la roue dans sa version la plus fine et légère. Une rêverie, en lâchant le guidon et en zig zag, qui n’exclura pas quelques pointes de vitesse à grand braquet dans la descente.
Dans une forme de cabaret cyclopédique animé par Marcel-Ferdinand Peugeot, dernier descendant fictif autant que fantasque de la dynastie du moulin à poivre, de la petite reine, et de la fameuse 203.
Rejeton rejeté de la célèbre famille pour trahison à la berline et à ses dérivés, il a répondu à notre invitation et viendra nous convaincre que la bicyclette est la plus belle invention de l’homme - avec le cinématographe et la crème fouettée. Sait-on qu’à effort égal elle est quatre fois plus rapide que la marche ? Et plus efficace que n’importe quel organisme biologique en terme d’énergie transformée en mouvement. Mieux que le martinet et le saumon, les champions de la discipline.
Avec son sens de la digression et de la flânerie, il nous expliquera en diagonale comment à partir de 1900 le vélo s’est doucement imposé, à la place du cheval, comme meilleur ami de l’homme. Jusqu’à ce que la voiture prenne toute la route et le pousse sur le bas côté. Mais il a eu le temps de se faufiler dans les ruelles et les artères du monde entier et aujourd’hui il résiste.
Le vélo demeure l’ami des enfants, des citadines et citadins malins, des prolos de tous les pays, des acrobates du bitume, des sportifs amateurs et aussi, hélas - il faut bien le reconnaître - de quelques pro de l’EPO.

Sans oublier la présence tutélaire de quelques auteurs mordus de vélo : Matthias Zschokke le Berlino-Bernois, Charles-Albert Cingria, le citoyen du monde, David Byrne - dandy Talking Heads ou encore Alfred Jarry qui partageait sa chambre avec sa Clément luxe 96, bicyclette restée à jamais impayée, qu’il considérait comme son « squelette extérieur ».
Eric Jeanmonod

La presse
A Genève, les joies du vélo allegro presto ! "... Ce qui plaît dans ce spectacle ? Cet amour constant dit de manière contrastée. Jusqu’au bouquet final dont on ne dévoilera rien. All you need is a velo, chantent les comédiens ? We totally agree !"
Marie-Pierre Genecand, Le Temps

"...La pièce La petite reine a tout du music hall, mais n’en cache pas moins des propos poignants."
Cécile Gavlak, Le Courrier

"... cette mécanique artisanale chantée par le Loup, qui assemble des pièces de métal, de cuir et de caoutchouc pour zigzaguer allègrement dans la galaxie de la roue."
Katia Berger, La Tribune de Genève

"... Frais, festif, espiègle"
Delphine, Radio Vostok