<- Retour à la liste


Les Aventures de Huckleberry Finn



PART ONE
d’après Mark Twain
Cie Yvan Rihs pour le moment
création | coproduction



du 30 janvier au 14 février 2016

Mise en scène et adaptation
Yvan Rihs
Scénographie
Anna Popek
Lumière
Jonas Bühler
Création musicale
Pierre Omer
Sonorisation
Damien Schmoker
Collaboration chorégraphique
Kylie Walters
Collaboration artistique
Christine Laure Hirsig
Régie lumière générale
Didier Henry
Avec
Wissam Arbache, Vincent Fontannaz, Camille Mermet, Roberto Molo, Pierre Omer, Kylie Walters

Huckleberry Finn fait partie du projet TPR Les Belles Complications

Production
TPR — Centre neuchâtelois des arts vivants, La Chaux-de-Fonds
Coproduction
Cie Yvan Rihs pour le moment
Théâtre du Loup, Genève
Avec le soutien de
Ville de Genève, République et canton de Genève, Loterie Romande, Pro Helvetia, Fondation culturelle BCN, Pour-cent culturel Migros, la Société Suisse des Auteurs (SSA)

ATTENTION : HORAIRES SPECIAUX :
Mardi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi à 19h
Dimanche à 17h
Dès 13 ans
Durée 3 heures + entracte

Deux êtres que tout oppose, un jeune garçon et un esclave, se retrouvent incongrûment embarqués sur un radeau mal ficelé pour échapper à la "civilisation". Mais les courants du Mississippi les font bientôt échouer d’une rive à l’autre sur tous les échantillons possibles de l’humanité. Si bien qu’à chaque escale s’impose vite pour les héros la même résolution : repartir absolument, on the river again, et plus loin encore, jusqu’au bout du fleuve s’il le faut. Parce que sûrement là-bas, tout au bout du fleuve, juste après sa dernière goutte, se trouvera cette chose-là, ce truc qu’on appelle la Liberté… A moins que ce ne soit la mort. A moins que ce ne soit le retour au même. A moins que ce ne soit la fin qui n’existe pas.

Le roman de Mark Twain, son véritable chef-d’oeuvre, est une invitation directe, ici et maintenant, à faire connaissance. Dans un élan épique opiniâtre, à travers une parole de gamin mal dégrossie, accidentée et contradictoire, le récit nous projette à chaque instant du trajet aux frontières de la vie et de la mort, de l’ordre établi et de l’anarchie, de la vérité et du mensonge, du théâtre et de la vie.

La création scénique de ces Aventures est une épopée en deux parties, correspondant aux aléas de la rédaction du roman par son auteur. Part one, à découvrir cette saison, nous plonge dans la première grande phase du récit, jusqu’à son premier dénouement, son premier engloutissement, sa première mise à mort. Part Twain, à suivre la saison prochaine, nous entraînera dans son élan fou furieux de renaissance.

Yvan Rihs s’est glissé avec délice au coeur de cette parole remuante pour en extraire sa voix théâtrale et nous emporter dans le courant.


LA PRESSE :

MARK TWAIN L’ENCHANTEUR BRÛLE LES PLANCHES.
Le Genevois Yvan Rihs signe une version théâtrale séduisante des « Aventures de Huckleberry Finn ».

(...) Comment ne pas être pris au seuil de l’épopée ? Une guitare de western flirte avec une voix de bimbo de saloon. Le guitariste Pierre Omer ourle le chant de Kylie Walters, cette danseuse qui pique d’étoiles la nuit. Admirez-la, son bustier attrape-coeur, sa blondeur punk, ses bras qui dégagent l’horizon. Volupté de ces ailes-là. A cet instant, on vole. Comme au cinéma, le titre de l’histoire se lit sur un écran géant, avec cet avertissement : quiconque cherchera un sens au récit sera poursuivi. Sacré Mark Twain. Sacré Yvan Rihs. Dans un éclair surgit une escouade de branquignols, on dirait les enfants de Neverland, Peter Pan rôde. Mais on se trompe d’époque et de continent, c’est Tom Sawyer qui fait le chef de gang. Il est joué par l’irrésistible Camille Mermet, physique d’elfe, croquante.

(...) C’est Shérérazade au pays de Buffalo Bill. Yvan Rihs et sa bande ont été sensibles à l’injonction de Mark Twain : ils ont à leur tour inventé des formules pour que la saga brûle les planches.

Alexandre Demidoff, (Le Temps, 16 janvier 2016)


A RÉÉCOUTER :

Les arts de la scène : les aventures de Huckleberry Finn
Podcast de Thierry Sartoretti dans Vertigo sur la RTS